Le festival 2017 billeterie en Ligne Inscription Newsletter
FaceBookTwitterEn

AUX QUATRE COINS DU JARDIN

En marge de sa programmation, le Théâtre des Doms organise de nombreuses activités dans son jardin, accessibles à tous les curieux du spectacle vivant.

Le Jardin du Théâtre des Doms est hors de l'agitation, de la pression, de la consommation, mais certes pas hors du réel que l'on ressent peut-être mieux là qu'ailleurs, dans des temps et jardin suspendus.

Ce jardin, nous le cultivons d'échanges, de rencontres, de prises de parole et d'écoute, de découvertes de ce qui se réfléchit, de ce qui émerge, de ce qui questionne.

Le Théâtre des Doms y initie et mène quatre rencontres, "aux quatre coins du jardin", en résonnance directe avec ses missions ou sa programmation au festival. On y abordera, en compagnie des acteurs et des chercheurs, quatre thématiques : la circulation transfrontalière des créations et de la production, la danse face aux cultures et à la ritualisation, les techniques sonores au théâtre et le théâtre du réel. 

Nous ouvrons également, avec plaisir et intérêt, notre jardin à des invités qui y proposent leurs propres animations, débats, échanges et réflexions dont vous trouverez plus loin le contenu.

Chacune de ces rencontres sera assortie d'un apéro pour le plaisir de prolonger, de parler, de se connaître mieux. 

Et, le 22 juillet, à l'issue de chaque représentation aux Doms, tout ceux qui le désirent pourront, toujours au jardin, rencontrer les équipes artistiques, questionner, partager, pour prolonger la salle de théâtre… 

Le Jardin est coordonné par Hervé d’Otreppe sous la direction d’Alain Cofino Gomez, les rencontres « Aux quatre coins du jardin » sont modérées par Sylvia Botella et Hervé d’Otreppe.

 

Mardi 11 juillet 11h
L’accompagnement des arts de la scène dans l’affranchissement des frontières ?

La Région Grand Est-Caserne des Pompiers et le Théâtre des Doms, Pôle Sud de la création en Belgique francophone s’associent autour d’une thématique commune de débat.

Pour cela, nous proposons conjointement deux rencontres professionnelles. 

La première, le lundi 10 juillet, de 15h à 17h, à la Caserne des Pompiers, questionnera des initiatives croisées entre le Grand Est et ses voisins.

La seconde aura donc lieu le mardi 11 juillet à 11h, au Théâtre des Doms. Elle cherchera, avec des professionnels de terrain, à entrer au cœur professionnel et humain de ce qui motive, justifie, active ou freine le franchissement des frontières.

La Fédération Wallonie-Bruxelles, le territoire belge francophone, est, par rapport à ses régions voisines françaises, une petite région de 4 300 000 habitants (Grand Est: 5 500 000 et Hauts de France: 6 000 000). Elle est une communauté linguistique francophone, fait partie d’un pays qui en compte deux autres : une majoritaire parlant le néerlandais, une autre, minoritaire, parlant l’allemand. La quantité de créations professionnelles en arts de la scène y est considérable en regard du nombre d’habitants (une centaine de compagnies de théâtre adulte, autant en théâtre jeune public, une quinzaine de compagnies de cirque ou rue, une quinzaine de compagnies de danse). 

Cette courte rencontre que nous organisons conjointement avec la région Grand Est, loin de se focaliser sur la réalité de la Fédération Wallonie-Bruxelles, cherchera à aborder la question du franchissement des frontières nationales, bien sûr, mais aussi régionales, le constat étant que, pour la plupart des créateurs en arts de la scène, amener ses œuvres vers d’autres territoires est une évidence sans que ce soit pour autant évident...

Franchir les frontières ?

Sans lister les dispositifs, procédures et processus mis en place ou à mettre en place pour favoriser et accompagner ces franchissements, nous tenterons plutôt, avec les professionnels autour de la table, d’entrer au cœur de cette démarche, d'entendre la réalité, le vécu, les désirs, bonheurs et déceptions exprimés depuis un artiste, une agence de diffusion, une structure de production. 

Nous interrogerons la diffusion des arts vivants pour savoir ce qu’elle est : une activité artistique et/ou économique. Nous questionnerons les moteurs, artistiques, financiers ou autres qui poussent des artistes à vouloir sortir de leur premier cercle géographique. Nous examinerons la nécessité de l’élargissement du champ de diffusion pour une compagnie ou pour un artiste tout comme leur état d’esprit et leur activité dans cette matière. Nous explorerons les freins internes ou externes qui inhibent ou ralentissent ce mouvement ainsi que les moyens internes et externes qui sont dévolus à l’activité de l’exportation. Autour de la table, divers acteurs de l’activité de la diffusion hors des frontières d’un territoire témoigneront et échangeront avec l’assemblée. 

Seront aussi abordés, la question des réseaux (c’est quoi ? C’est qui ? Lesquels ? Pour qui ?), les rapports entre artistes et programmateurs, et ce qui est souvent décrit comme un phénomène de l'abondance (surabondance) de productions.

Intervenants: Pascale Henrot, Directrice de l’Office National de Diffusion Artistique (ONDA) / Serge Rangoni, directeur du Théâtre de Liège / La Chouette Diffusion, structure belge de diffusion, à cheval entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la région Occitanie / Francoise Houtteman-Flabat, directrice du Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles / Sylvie Baillon, directrice du Tas de Sable-Ches Panses Vertes, Pôle de la marionnette en Région Hauts-de-France (Amiens). (Autres intervenants à confirmer)

Modérateur: Hervé d'Otreppe, expert en diffusion et conseiller artistique au Théâtre des Doms.

 

Et la rencontre du lundi 10 juillet à 15h à la Caserne des Pompiers (116, rue de la Carreterie - Avignon) abordera: L’accompagnement des arts de la scène et nouvelles frontières : quelles dynamiques ré-inventer au service d’un écosystème durable ?

 


Lundi 17 juillet à 18h
Le théâtre du réel.

Les Doms programment durant le festival 2017, quatre productions qui se nourrissent, peu ou prou d'événement, d'expérience, de rencontre en prise plus ou moins directe avec le réel. Il s'agit de L'Avenir dure longtemps, texte par lequel Althusser conte ce drame intime, Is there life on Mars ? qui nous accompagne dans le monde singulier de l'autisme au travers d’interviews et Tabula Rasa, histoires de familles qui déclinent, théâtralisent un réel essentiellement intime mais puissamment universel. 

Nous irons donc à la rencontre de démarches théâtrales nourries d'un réel, pour les décrire, en aborder les cheminements et les techniques qui les accompagnent, et pour toucher les passerelles que le théâtre permet, autant que les limites et embûches qu'il rencontre alors.

Nous nous demanderons ce que devient le réel une fois théâtralisé.

Nous tenterons également de savoir si le théâtre cherche à se rendre utile, ou même plus attractif en se liant au réel.

Intervenants: Olivier Neveux, Professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre, Responsable section "Arts", rédacteur en chef de Théâtre Public, ENS de Lyon /  Michel André, co-directeur du Théâtre de la Cité et de la Biennale des Ecritures du Réel (Marseille) / Nathanaël Harcq, directeur du Conservatoire de Liège et de sa section Théâtre, l'ESACT / Héloïse Meire, créatrice et metteure en scène de Is there life on Mars ?

Modération: Hervé d'Otreppe, expert en diffusion et conseiller artistique au Théâtre des Doms.2. 

 

Mardi 18 juillet à 11h
Danse / cultures / ritualisation.

Ce qui frappe d’emblée, c’est l’intense liberté qui saisit les pièces de danse d’Ayelen Parolin et de Serge Aimé Coulibaly. Il existe d’ailleurs quelques ressemblances entre leurs dernières créations respectives, entre Nativos créée avec des danseurs coréens et Kalakuta Republik librement inspirée de la musique et de la vie du musicien et activiste nigérien Fela Anikulapo Kuti : le métissage chorégraphique, l’hyper-présence du danseur, la répétition du geste qui devient ritualisation, l’étourdissement (ou transe), l’étirement du temps, etc. 

En deçà des poncifs de la pensée sur le multiculturalisme et des catégorisations « utiles », et à partir de la corporéité dansante d’Ayelen Parolin et Serge Aimé Coulibaly, nous nous attacherons avec Mahalia Lassibille à la question du métissage chorégraphique où différentes cultures et rites s’incorporent. En quoi enrichissent-ils notre connaissance et développent-ils la danse ? Quel retour du rituel en danse ? Qu’est-ce qu’il nous dit de nous-mêmes et de la société, de sa nature profonde, de ses tensions, mais aussi de ses rêves ? L’artiste est-il chaman ?, etc. Autant de questions fondamentales auxquelles nous répondrons ensemble.

Intervenants: Ayelen  Parolin, danseuse et chorégraphe / Serge Aimé Coulibaly, Faso Danse Théâtre, danseur et chorégraphe / Mahalia Lassibille, Maître de Conférences au Département Danse à l’Université Paris VIII (Anthropologie de la danse, Danses d’Afrique et expressions identitaires contemporaines).

Modération: Sylvia Botella.

En collaboration avec Contredanses et Nouvelles de danse. Merci à Tristan Barani et Anne Bautz.

 

Vendredi 21 juillet à 18h
L’insoutenable légèreté du théâtre.

Des micros, des casques, des écrans, des scénarios ou des pièces. Autant d’emprunts réciproques, de formes d’interférences  - implicites ou explicites - entre théâtre, cinéma, radio et télévision que d’interrogations diverses, tant dramaturgiques, esthétiques qu’idéologiques. Ici, avec Karel Vanhaesebrouck, il s’agit de réfléchir à la manière dont, à l’intérieur des créations Thinker’s Corner de Dominique Roodtooft, Piletta ReMix du Collectif Wow! et Le Sec et humide de Guy Cassiers, certains éléments renvoient à l’autre art ou média. Comment interfèrent-ils dynamiquement sur l’expérimentation et le renouvellement des processus de création et langages artistiques ? Comment influencent-ils la perception et la réception du spectateur ? Que révèlent-ils de l’histoire de la mise en scène, de l’évolution des codes de la représentation, de notre relation à l’œuvre, etc. ? Des paroles dialoguées, ouvertes sur la pluralité de la scène et ses manières de nous apparaître, aujourd’hui.

Intervenants: Dominique Roodtooft, le CORRIDOR, dramaturge, comédienne et metteure en scène / Sébastien Schmitz, Le Collectif Wow!, créateur radiophonique / Mike Tijssens, traducteur / adaptateur et opérateur surtitres / Karel Vanhaesebrouck, professeur et titulaire de la chaire en Arts du Spectacle vivant / Université Libre de Bruxelles.

Modération: Sylvia Botella et Dominique Roodtooft - le CORRIDOR, dramaturge comédienne et metteure en scène.

 

 

LES INVITES DU JARDIN

Dimanche 9 juillet 11h
Au cinéma Utopia (à 50 mètres des Doms)
Projection de « LE PROJET DU TRADUCTEUR »
Documentaire, 2017, 42 min (Belgique)

Réalisation, montage, son et mixage: Gaëlle Courtois.
Production: Ercée – Bruxelles.
Avec les comédiens: Angelo Bison, Iacopo Bruno, Andréa Hannecart, Pietro Pizzuti, Babetida Sadjo et Pitcho Womba Konga.
Avec l’auteur: Stefano Massini et le metteur en scène: Lorent Wanson.
Musique originale: Jean-Louis Ruf Costanzo (France).
Langues : français et italien (sous-titré).
En présence de la réalisatrice, Gaëlle Courtois, du producteur, Alain Esterzon (Ercée) et de Pietro Pizzuti, homme de théâtre italien résidant à Bruxelles.

La passion de la scène a amené Pietro Pizzuti, homme de théâtre italien résident à Bruxelles, à traduire en français des textes d’auteurs italiens actuels. Ses nombreuses traductions sont publiées chez L’Arche, éditeur (Paris).
Avec son allure de Pierrot solaire, Pizzuti nous montre combien la traduction théâtrale est une activité à la fois complexe et jubilatoire.
La chair du texte, sa gestuelle implicite et son indispensable sonorité imposent que le traducteur s’immerge dans l’œuvre originale pour en prélever un maximum des caractéristiques scéniques.
Offrir un texte fidèle, actable et exprimable en français - « jouable » ! - tel est le projet du traducteur Pietro Pizzuti.
Le film nous emmène dans les Pouilles, où le traducteur travaille les textes en plein air sur les terrasses gothiques de la petite ville de Nardò et les récite sur la scène du Teatro Comunale.
Le film est centré sur les œuvres de l’auteur italien Stefano Massini.
Celui-ci, en visite au Théâtre National de Nice chez Irina Brook, nous expliquera sa vision de l’écriture théâtrale. Nous découvrirons aussi le Piccolo Teatro qu’il dirige à Milan.
Des captations de répétitions des pièces Femme non-rééducable ; Terre noire ; et Lehman Trilogy nous feront entrer dans l’imaginaire et le style de Stefano Massini.
(Suite à l’écran.)


Jeudi 13 juillet 11h
Lancement du livre Accents toniques, journal de théâtre (1973-2017) de Jean-Marie Piemme.

Éditions Alternatives théâtrales avec une préface de Stanislas Nordey.

Le théâtre laïcise le monde. Le "comme si" du théâtre, c'est la vérité qui doute, la vérité qui ne colle pas, qui ne veut pas vous étrangler pour vous convaincre, qui ne vous crève pas les tympans pour avoir raison. Ainsi, en des temps marqués par la morsure du religieux, la simple existence du théâtre est son premier mérite.
Jean-Marie Piemme, né en Wallonie en 1944, a écrit une cinquantaine de pièces. Il est aujourd’hui l'un des acteurs majeurs du théâtre francophone contemporain. Immergé dans quatre décennies de création artistique, il égrène ici, avec intransigeance et malice, les réflexions et les souvenirs qui ont jalonné son trajet de dramaturge, de pédagogue et d’auteur.
Alternatives théâtrales, témoin fidèle de son parcours artistique, inaugure avec Accents toniques une nouvelle collection de textes théoriques sur les arts de la scène, Alth.
La lecture de quelques extraits de l'ouvrage sera suivie d'un entretien avec Jean-Marie Piemme.
Accents toniques est publié par les Éditions Alternatives théâtrales, en co-édition avec le NEST – Centre Dramatique National Transfrontalier de Thionville Grand Est, le Festival les Francophonies (Limoges), le Théâtre de Liège, le The?a?tre des Martyrs (Bruxelles), le The?a?tre Les Tanneurs (Bruxelles), le The?a?tre Sorano - Compagnie Tabula Rasa (Toulouse) et le The?a?tre Varia (Bruxelles), avec le soutien du service culture de la Fe?de?ration Wallonie-Bruxelles et du Centre Wallonie-Bruxelles de Paris.


Vendredi 14 juillet 11h
Havre artistique, terreau créatif...

Présentation du LIBITUM, havre artistique, terreau créatif.

Né en 2016, le LIBITUM est un Mas isolé à l’entrée du Parc National du Luberon. Il se transforme en vivier artistique et lieu de réflexion créative chaque fin de saison.
Sur une durée d’un mois, une vingtaine d’artistes en arts de la scène, musique, arts plastiques et arts numériques sont accueillis en résidence pour un travail de recherche, d’écriture ou de composition d’une à deux semaines sur un projet artistique personnel.
Ces résidences transportent, logent, nourrissent et rassemblent de manière informelle des artistes de différents horizons et disciplines en vue de créer rencontres, échanges et développement de nouvelles synergies.
Initiées et organisées par AD LIB Diffusion, structure d’accompagnement d’artistes en arts de la scène basée à Bruxelles, ces résidences sont mises en place pour soutenir des projets professionnels et émergeants de créations contemporaines, belges, français ou internationaux, toutes disciplines confondues.
L’objectif est également d’accompagner les artistes dans une réflexion approfondie sur leurs stratégies de production et diffusion et dans la création des bases nécessaires au lancement ou développement de celles-ci.
Une attention particulière est donnée aux projets s’inscrivant dans une démarche citoyenne affirmée et concrète. Certains artistes sélectionnés peuvent éventuellement être accompagnés en production par la suite que ce soit par un accompagnement et conseil ou par une aide financière sur la création ou la participation à certains marchés.
Nous vous invitons à en découvrir davantage lors de cette rencontre-apéro au Théâtre des Doms. Vous aurez l’occasion d’entendre les témoignages et présentations de projets d'artistes accueillis en résidence sur les deux premières éditions.
Cette initiative est rendue possible grâce au soutien de la Fondation Roi Baudouin.


Samedi 15 juillet 9h30
Rencontre professionnelle par le Théâtre National Wallonie-Bruxelles.


Fabrice Murgia, directeur du Théâtre National Wallonie-Bruxelles depuis juillet 2016, invite les professionnels du spectacle intéressés à se réunir autour d’un petit-déjeuner convivial pour leur présenter sa première saison, qui marquera officiellement le lancement de son projet STUDIO.


Dimanche 16 juillet 11h
Les Doms accueillent ARTS² - Conservatoire de Mons.

Rencontre, lecture, présentation de petites formes marionnettiques.

Depuis 2015, le domaine Théâtre d’ARTS² à Mons (conservatoire supérieur), dirigé par Sylvie Landuyt, emmène à Avignon un groupe d’étudiants fraîchement ou quasi diplômés.
Objectif : découvrir les festivals In et Off, se nourrir de spectacles, rencontrer des équipes artistiques et des professionnels, se plonger dans la dynamique avignonnaise et représenter leur école.
ARTS² a la particularité d’intégrer dans le cursus de formation des acteurs une forte orientation vers l’écriture et la marionnette et de donner le dernier mot à l'apprenti-acteur en l'accompagnant dans la création d'une forme personnelle interdisciplinaire. L’École Supérieure Artistique regroupe en effet les arts visuels, la musique et le théâtre.
Cette année, outre leur participation à une rencontre de projets organisée au Conservatoire du Grand Avignon, les jeunes comédiens présenteront dans le jardin des Doms des extraits de leurs écrits et de courtes formes élaborées au sein de l’école.


Dimanche 16 juillet 22h
Pitching de projets d’auteurs


Comme chaque année, la SACD Belgique est présente à Avignon aux côtés des auteurs, pour les aider à assurer leur promotion et à rencontrer d’autres professionnels.
Elle a le plaisir de proposer sa désormais traditionnelle séance de pitching de projet sur le mode du PechaKucha au Théâtre des Doms.
PechaKucha ? 6 minutes 40 secondes pour convaincre, parler d’un projet, raconter une histoire, ébaucher une mise en scène… 10 auteurs ou compagnies (se) racontent en 20 images x 20 secondes : mini conférences, pitchs de projet, performances éclair… le format s’adapte à toutes les personnalités !
La SACD est fière de vous inviter à découvrir des auteurs et la diversité de leurs univers dans un moment dynamique et créatif.

Au programme, les projets:
- Pink Boys and Old Ladies, de Clément Thirion et Marie Henry – Une poétique du réel travaillée de manière esthétique et formelle, quasi chorégraphique.
- La Liste de ce que nous étions (titre provisoire), de Céline de Bo – Exploration d’un langage gestuel inspiré de la langue des signes
- La Rage, d’Alex Lorette – Pièce paysage brossant le protrait peu flatteur du monde du travail
- no One / no Where, d’Aurelio Mergola et Sophie Linsmaux (Compagnie Still Life) - Théâtre visuel et sonore.
- Ce qui arrive, de Coline Struyf (Collectif Mariedl) – Ou l’histoire d’un lieu dans une théâtralité sensuelle et sensitive.
- Le Terrier, de Samuel Lefeuvre et Florencia Demestri (LOG asbl) – Récit labyrinthe entre danse et théâtre physique.
- Valhalla ou le crépuscule des dieux, d’Anna Nilsson et Sara Lemaire (compagnie Petri Dish) – Pièce de cirque, entre danse et théâtre
- Ton joli rouge gorge, de la Clinic Orgasm Society – Interrogation théâtrale sur la notion de genre
- Ariane (eu)phonie, de Pietro Marullo - une écriture lyrique et épique à un univers scénique de fort impact visuel sur la question de la frontière
- Le Vent souffle sur Ezrebeth, de Céline Delbecq (Compagnie de la Bête noire) – Tragédie festive pour 12 comédiens et 4 musiciens.
Et un projet de la région PACA:
- Ophélie, de Jeanne Beziers, d’après Hamlet de Shakespeare (Compagnie Ma Compagnie – Aix-en-Provence). Les mots de Shakespeare, mêlés aux nôtres pour convoquer en musique les spectres engloutis.

Ils recherchent des partenaires ; pourquoi pas vous ?
Pour en savoir plus sur les auteurs et leurs projets, rendez-vous surwww.sacd.be.
Powered by PechaKucha.


Lundi 17 juillet 11h
Un Lundi en coulisse consacré au théâtre haïtien.


Dans le cadre du 20ème anniversaire de la signature de l’accord de coopération entre les Gouvernements de Wallonie-Bruxelles et la République d’Haïti.
Les Lundis en coulisse aux Doms font découvrir de nouvelles pièces de théâtre belges inédites en France. Un passeur, connaisseur des écritures dramatiques contemporaines, propose des coups de cœur récents pour une lecture impromptue par les personnes présentes prêtes à se confronter au défi de lire des rôles au pied levé. Une approche originale, tout aussi captivante pour ceux qui lisent que pour ceux qui écoutent !
La version belge, initiée et orchestrée par Silvia Berutti-Ronelt, s’est inspirée du principe des Lundis en coulisse inventé en 2002 par Ghislaine Drahy au Théâtre Narration de Lyon. Aujourd’hui, Les Lundis en coulisse existent toujours à Lyon, mais également au Théâtre de l’Aquarium à Paris, à la Cie Les Encombrants à Dijon ainsi qu’en Belgique où ils sont organisés grâce à la collaboration de huit institutions culturelles.
Le Théâtre des Doms renouvelle l’expérience d’un Lundi en coulisse qui, en 2017, sera consacré au théâtre haïtien. Ce pays, connu pour ses prodigieux auteurs de romans comme Dany Laferrière, René Depestre ou Lyonel Trouillot est également très inventif dans le domaine du théâtre. Ses auteurs dramatiques cherchent à conjuguer les traditions créoles et leurs connaissances du théâtre européen, si bien que leurs œuvres, tout en étant bien bâties, ont pour nous autres européens un côté étrange loin de tout folklore. C’est notamment la présence du vaudou quasiment omniprésente dans ces pièces qui nous fascine et nous déconcerte. Par ailleurs, ces auteurs ont décidé d’écrire en premier lieu pour leurs concitoyens et donc souvent – mais pas toujours – dans leur langue maternelle, si bien que bon nombre de leurs œuvres ne nous sont pas accessibles. Parmi ces artistes engagés, citons Syto Cavé (né le 7 août 1944 à Jérémie / Haïti), Guy Régis Junior (né en Haïti en 1974), Marc-Vallès (né en 1989 à Port-au-Prince), Jean-Durosier Desrivières (né en 1972 dans la banlieue de Port-au-Prince), France Medeley Guillou (née en Haïti), Frankétienne (né en Haïti en 1936), Jean-René Lemoine (né en 1959 en Haïti), Evelyne Trouillot (née en 1954 à Port-au-Prince), …
Notre passeur de cette culture encore trop peu connue sera Faubert Bolivar. Poète, dramaturge et écrivain né en 1979, il est l’auteur d’un ensemble de textes (essai, poésie, nouvelle, théâtre), publiés dans divers ouvrages collectifs et revues à travers le monde francophone et préside depuis janvier 2017 l'association Ecritures théâtrales contemporaines en Caraïbe (ETC-Caraïbe). Parmi ses pièces citons : Mon ami Pyéro, Sainte Dérivée des Trottoirs, Sélune pour tous les noms de la terre, Les revenants de l’impossible amour, La Flambeau, …
Faubert Bolivar nous présentera brièvement la situation théâtrale de son pays avant de nous faire découvrir des extraits de deux de ses pièces.  

 
Jeudi 20 juillet à 10h
Auditorium de la Collection Lambert (5, rue Violette - Avignon)
Jeunes publics et francophonie.

La pluralité des enjeux du théâtre Jeune Public dans la Francophonie, les coopérations artistiques autour de projets francophones et les soutiens existants.

À l'initiative de la Région Hauts-de-France et en partenariat avec le Théâtre des Doms, co-portée avec le collectif jeune public
Hauts-de-France, et scènes d'enfance - ASSITEJ.


Samedi 22 juillet à l’issue de chaque représentation.
Rencontres entre le public et l’équipe artistique de chaque spectacle programmé dans notre théâtre.


Tout ceux qui le désirent pourront, toujours au jardin, rencontrer les équipes artistiques, questionner, partager, pour prolonger la salle de théâtre…