Le festival 2017 billeterie en Ligne Inscription Newsletter
FaceBookTwitterEn

EDITO / Automne 2016

Faire avec, faire ensemble à l’heure des grandes désunions, dans le temps fébrile des séparatismes et des clivages que reste-t-il à faire pour les structures culturelles et artistiques, sinon travailler à faire avec. Les Doms s’y emploient depuis leur création et continuent de chercher encore plus de temps et d’espace à partager avec la ville, la région et leurs habitants. Le Pôle Sud de la création en Belgique francophone se veut un agent de la rencontre et du partage, mais aussi un territoire d’échange artistique visible et invisible. Ainsi tout au long de la saison des fils se tirent, des ponts s’érigent, des bras et des mains se tendent pour que des gestes artistiques puissent prendre leur place entre les régions, les cultures et les peuples.

Le Théâtre des Doms est un objet particulier, une aberration belgofrancophone en terre vauclusienne.  Il ne ressemble pas à la plupart des lieux de culture, ce théâtre collé au rocher des Doms, et c’est pour cette raison, que j’ai demandé aux compagnies et artistes qui seront reçues durant les six mois qui viennent de répondre à trois questions fondamentales pour qui vient aux Doms en résidence :  
- Où en êtes-vous de votre parcours artistique ?
- Résider aux Doms, pour trouver quoi ?
- L’art au quotidien, c’est comment ?

J’ai également proposé à des personnes qui gravitent ou qui ont gravité autour des Doms de nous livrer quelques mots sur le rapport qu’ils entretiennent avec cet espace de création singulier.

Voici un programme donc, mais peut-être plus, des mots, en tous cas, posés autour d’une activité internationale de proximité menée depuis une quinzaine d’années au nom des artistes, de la francophonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, au cœur d’Avignon.
Un espoir ; que ce qui se fait ensemble et en partage, ce travail du beau, soit une partie de l’énergie qui rassemble et participe, même de façon symbolique, à la réduction des fractures et des divisions.

Alain Cofino Gomez