Le festival 2017 billeterie en Ligne Inscription Newsletter
FaceBookTwitterEn

Focus performance

3  projets en résidence

VENDREDI 25 NOVEMBRE À 19H


Ni fleurs ni couronnes

Cie Josephine Ochsenblut

Bienvenue à vos propres funérailles.
Un événement unique, pensé et conçu par vous.
Ni fleurs ni couronnes est un objet sonore et théâtral.
Né d’une fascination pour la mort et les rites funéraires, son sujet soulève rapidement de plus vastes interrogations sur notre rapport au monde, à la vie, à la peur de l’inconnu, à l’altérité.
Via 3 étapes interactives et participatives, les comédiennes invitent le public à entrer dans leur réflexion de façon sensible et ludique. Avec Ni fleurs ni couronnes, elles franchissent les frontières entre la vie et la mort, et passent les limites d’un sujet habituellement sacro-saint.
Leur projet n’est pas une Danse Macabre mais un pied de nez à la Grande Faucheuse !
D’ores et déjà, sachez que, sauf contre-ordre de la part de nos futurs défunts, il ne sera besoin d’apporter ni fleurs, ni couronnes… car tout cela n’est qu’un jeu !

La construction de cette performance se développe à travers plusieurs médias. Tel que l’outil informatique pour l’élaboration d’un questionnaire à choix multiple (QCM), visant à permettre aux publics une réflexion quant à la mort qu’ils se souhaitent à eux-mêmes. Ou encore, la création de matériaux sonores grâce à la collaboration d’acteurs et non-acteurs qui crééront la bande-son des désirs mortuaires et funéraires des participants qui se seront prêtés au jeu du QCM. Enfin, le travail corporel et le chant seront également au rendez-vous lors de reconstitutions de funérailles, sublimés par une approche poétique.

De et avec : Laura Laboureur et Marguerite Topiol

www.nonlieu.jimdo.com

Projet soutenu par la maison du spectacle La Bellone.

 

 

 

Penses-tu qu'avec ces muscles tu puisses me porter?

Julie Rouanne

Un body builder seul sur un pont. Il regarde le fleuve s'écouler et compare sa vie à ce mouvement : tout défile sans qu'il prenne le temps d'y réfléchir. Comme si ses actions devançaient sa pensée.
Le body builder se prépare pour le concours Mister Univers. Ses muscles, sur-entraînés, le conduisent jusqu'à la gloire. Ce sont eux qui prennent les décisions, eux qui pensent.
Le body builder s'en remet à ce mécanisme de réflexion.

C’est une performance qui s’est crée en plusieurs temps, l’écriture du texte est la base du travail, les dessins, qui viennent par la suite, sont une prolongation de la narration. Ils l’approfondissent et guident le spectateur dans l’histoire du body builder.
Le travail corporel a été travaillé quelque temps plus tard. Il structure l’ensemble, permet de lier les éléments et d’introduire le corps comme personnage de la fiction.
La résidence aux Doms sera l’occasion de prolonger l’étape de travail corporel. L’agencement des mouvements ainsi que la temporalité de la performance sont des éléments que je souhaite approfondir. Par ailleurs, je travaille à une nouvelle étape dessinée. Ce sera l’occasion de la tester publiquement et de l’ajuster aux autres éléments de la performance. Enfin, une édition du texte et des dessins est envisagée.

Dessins, création et interprétation : Julie Rouanne
Vidéo : Montage found footage de vidéos officielles de Mister Univers
Texte : Fiction. Univers d'un body-builder et de ses muscles.

http://cargocollective.com/JulieRouanne
http://centrecultureldenamur.be/finissage-ecm/

----------------------------------
3 questions à la Cie :
Où en êtes-vous de votre parcours artistique ?
Mon travail évolue vers une approche de plus en plus narrative. À l’intérieur de ma pratique pluridisciplinaire, le texte prend aujourd’hui une place centrale. Il me semble important d’axer mes performances autour d’une narration, à partir de laquelle gravitent plusieurs pôles venant élargir la fiction initiale.
Deux ans après être sortie de l’école, les réflexions autour du mode de pensée, qu’il soit humain, animal ou végétal, sont à la base de mon travail.

Résider aux Doms, pour trouver quoi ?
La résidence aux Doms est l’occasion d’approfondir mon travail sur cette performance, mais également de la présenter publiquement. Je souhaite durant ce temps de recherche rencontrer une partie de l’équipe professionnelle afin de travailler ensemble à la finalisation de la performance.
Par ailleurs, le temps de la résidence est également le moment d’une présentation publique.
Je confronterai alors mon travail aux autres résidents ainsi qu’au public du théâtre. Les retours seront sûrement très bénéfiques.

L’art au quotidien, c’est comment ?
L’art au quotidien, c’est avoir son atelier dans la maison. J’y travaille tous les jours. Au mur sont accrochés les dessins en cours ou bien la conduite et la chorégraphie d’une performance.
Dessiner prend du temps, et doit être fait à l’atelier. Par contre, j’écris souvent dans des cafés, ou bien dans le train entre deux voyages.
L’art au quotidien, c’est aussi organiser des répétitions de performance semi-publiques pour partager les avancées du travail avec des amis.

 

 

 

Looking for the putes mecs

Diane Fourdrignier et Anne Thuot

Sous la forme d’une conférence, LOOKING FOR THE “PUTES MECS” questionne le chemin que la femme moderne doit accomplir pour accéder aux services d’un ou une prostitué(e). On ne peut pas aller aux putes quand on est une femme. Pourquoi les réseaux sont-ils quasi-inexistants? Impensables même? Alors qu’autour de nous, les hommes en ont un accès libre, de jour comme de nuit.

La résidence à Avignon visera à compléter l'écriture de leur spectacle à partir de la première forme qui  a déjà été construite lors d’une résidence en juin 2015 au théâtre de la Balsamine à Bruxelles.
Diane Fourdrignier et Anne Thuot souhaitent re-questionner leur méthodologie d'écriture en accentuant certains aspects.
C’est un projet de terrain qui se construit autour de l'investigation de deux femmes dans une ville qui partent à la recherche de prostitués masculins. Il s'agit d'une enquête sur la place et la reconnaissance du désir féminin dans la ville. La première étape a été réalisé à Bruxelles, mais sera reproduite dans d'autres villes. Toutes ces déambulations, de tous âges, de plusieurs horizons  seront confronter pour arriver à un bel aboutissement de ce projet. La forme définitive de « Looking for the putes mecs » sera présentée du 10 au 14 janvier 2017 à la Balsamine à Bruxelles.

Conception et mise en scène : Diane Fourdrignier & Anne Thuot
Interprétation : Diane Fourdrignier, Anne Thuot & Brandon Lagaert

-----------------------------
3 questions à la Cie :
Où en êtes-vous de votre parcours artistique ?
Et bien, nous sommes au top !! ;)))
Anne Thuot et moi décidons de concilier nos deux univers artistiques et nos regards de jeunes quarantenaires pour porter un regard sur ce que la société dans laquelle nous vivons attend de nous en tant que femmes.
Nous aimons déplacer les acquis culturels de façon décalés et donner des formes multiples à nos réflexions.

Résider aux Doms, pour trouver quoi ?
Un accueil d'abord. C'est très agréable et primordial de se sentir soutenu dans sa démarche artistique.
Un petit cocon de création, en dehors de notre ville pour déplacer nos idées, les déglacer et partager avec le regard des autres, les rencontres, afin de faire grandir et mûrir notre création.

L’art au quotidien, c’est comment ?
C'est avant tout un regard sur la vie.
C'est comment regarder les choses en étant connecté à son cœur, son ventre et son esprit.
Et comment ce flux d'interconnections entre nos visions et nos sensations personnelles va rejaillir sans crainte dans son expression.  
Cela peut prendre des formes multiples, mais c'est d'abord un acte de loyauté avec soi-même transformé en acte de don avec un public.

 

 

--------------------------------------
3 projets en résidence
En résidence du 18 au 25 novembre
Présentation de fin de résidence le vendredi 25 novembre à 19h + Pique-nique partagé
Salle : Looking for the putes mecs
Salle de réunion : Penses-tu qu’avec ces muscles tu puisses me porter ?
Espace public : Ni fleurs ni couronnes
Entrée libre sur réservation (04 90 14 07 99)

--------------------------------------
Sortie de résidence et pique-nique partagé - Mode d’emploi
L’entrée est libre pour tous les curieux, les amateurs et les bienveillants.
Le public qui veut prolonger l’expérience, apporte de quoi grignoter (sucré et/ou salé), nous offrons les boissons!
Après la présentation: échanges avec les artistes et partage de repas.
Réservation souhaitée.