Inscription Newsletter
FaceBookTwitterEn

Les Quatre fils Aymon

Les Royales Marionnettes


Théâtre de Marionnettes / Sortie de résidence
Tout public à partir de 6 ans
Mardi 23 janvier à 19h


Une revisite en théâtre de marionnettes de la légende des Quatre Fils Aymon pour illustrer les luttes d’aujourd’hui et de demain.

L’épopée raconte la révolte des quatre fils du Duc Aymon contre Charlemagne. Lors d’une réception au Château de l’Empereur, Renaud le second de la fratrie, est insulté par le neveu de Charlemagne. Dans la querelle qui s’ensuit, Renaud tue son rival. Les quatre frères s’enfuient tandis que leur père, le Duc Aymon, réitère sa promesse de servir loyalement son suzerain et jure de pourchasser ses propres fils.

Qu’est-ce que la «juste révolte»? À partir de quel moment l’insurrection du peuple devient-elle légitime face à un pouvoir qui se définit lui-même comme légitime? À partir de quel moment un peuple qui se révolte cesse-t-il d’être considéré comme composé de «voyous», de «casseurs» ou de «terroristes» pour être composé de «révolutionnaires» ou de «résistants» face à un pouvoir inique?

Au regard de notre époque et des luttes à venir, cette épopée européenne enracinée dans l’imaginaire collectif trouve un écho particulier.

Un propos fort, servi par des marionnettes traditionnelles liégeoises d’une beauté saisissante.


Comédiens-Marionnettistes: Didier Balsaux & Julien Collard
Auteur: Didier Balsaux
Metteur en scène: Jean Lambert
Scénographe: Evelyne de Behr
Script doctor: Corinne Klomp
Créateur lumière: Stéphane Kaufeler
Costumière: Anne Bariaux
Créateur & sculpteur des marionnettes: Didier Balsaux
Musicien & créateur de décor sonore: Mounawar So Dar


Soutiens Fédération Wallonie-Bruxelles (Service cirque, arts forains et arts de la rue), Province du Brabant wallon (Service culturel), Centre Culturel de Dinant.

lesroyalesmarionnettes.be

En résidence du 15 au 25 janvier


Sortie de résidence suivie d'un pique-nique partagé.
Entrée libre sur réservation (04 90 14 07 99)


3 questions à la Cie:

Où en êtes-vous de votre parcours artistique?
Nous arriverons aux Doms en vue de finaliser le spectacle. En amont et dans un premier temps, nous avons travaillé en équipe sur la dramaturgie et l’articulation des scènes qui allaient nous permettre de défendre notre propos. Dans un second temps, nous avons abordé une étape très laborieuse, et particulière à notre compagnie: la sculpture des marionnettes en bois, ainsi que la construction de la scénographie. Ensuite, nous avons travaillé l’aspect sonore et musical du spectacle, la création lumière, ainsi que la construction des scènes au travers d’improvisations.

Résider aux Doms, pour trouver quoi?
Nous arrivons aux Doms alors qu’il nous restera à nous concentrer sur la finalisation du texte et sur le jeu. En nous plongeant ainsi loin de notre quotidien, en nous livrant tout entier à la matière et en n’ayant qu’à nous concentrer sur notre spectacle. Nous cherchons à nous abandonner, à nous immerger entièrement dans notre récit.

L’art au quotidien, c’est comment?
Nous allons réduire cette question, non au travail d’équipe en cours, mais au point de vue du directeur artistique de la compagnie: l’art au quotidien ne me touche pas, mon travail est nourri par ma colère, mes révoltes, mon indignation. Ce qui s’en suit est une tentative de reconstruction que j’appelle travail ou artisanat.